L’ASJN gâche ses fins de vacances

Vainqueur de la coupe de la Corrèze 2018, L’ASJN disputait ce mercredi 22 août à Seilhac le trophée des champions face à l’ES Ussel champion de première division.

Que c’est bon de retrouver le cadre sympathique des matchs à trophée ! Après tous ces jours de footing et ces entrainements sans ballon, nous revoilà enfin dans le vif du sujet. Bon, avant de commencer je vous dois des excuses pour mon dernier résumé de match. J’ai bien vu qu’il ne vous a pas laissé indifférent. Soit on l’adorait soit on le détestait. Il était sans doute trop « décalé » pour un mois d’août caniculaire.
Mais bon, on va pas commencer à faire des résumés ennuyant à la façon article de loi pour des matchs amicaux inutiles disputaient pendant la périodes de barcebue et des beerpong qui finissent à poils autour de la piscine !! Merde je dérape de nouveau. Attendez je file prendre mon médicament… C’est bon je vais de nouveau mieux, mais l’effet ne dure que 5 minutes… Allez je me dépêche de vous résumer le match.

Ce mercredi soir, l’ASJN était un peu Janus, le dieu au deux visages et pendant les 45 premières minutes, les rouge et jaune ont sans doute montré leur plus mauvais profil. Rien ne sert d’épiloguer pendant des heures sur la première période car il n’y a rien à retenir. Si ce n’est les deux buts évitables et encaissés avant la demi-heure de jeu qui ont permis à Ussel de retourner au vestiaire serein et de plonger l’ASJN dans le doute.
Mais dès le coup d’envoi de la seconde période, l’ASJN s’est remis dans le droit chemin. Plus de passes, plus de conviction, plus de courses, plus de tout pour les hommes de Daniel Blatt qui se sont jetés pleinement dans la bataille. Certes, les ussellois auraient pu tuer le match avec plus d’efficacité en contre-attaque mais les novaliens ont montré leur second visage, celui qui sera digne de la R3.
Magatte Niang fructifiait sur pénalty la domination territoriale de l’ASJN avant que Akim Compaoré remette les deux équipes à égalité à dix minutes de la fin du match. Avec plus d’efficacité, l’AS Jugeals Noailles auraient pu se procurer de nouvelles occasions mais le dernier geste faisait défaut.

C’est au terme d’une folle séance de pénalty, presque interminable où tous les joueurs ont pris leur responsabilité, que l’ES Ussel a fait basculer le trophée de son côté. L’ASJN pourra regretter ses balles de matchs manquées.

Prochain rendez-vous samedi en coupe de France.
VOIR LES PHOTOS DE CARLOS MATIAS

Votre rédacteur, Loïc