C’est la victoire que j’aime !

Ce dimanche 10 décembre 2017, l’AS Jugeals Noailles se déplaçait à Varetz AC pour la 8ème journée de Régionale 4.

Varetz

Salut les (nouveaux) fans de Johnny,

Cet après midi le ciel pleurait de toutes ces larmes le départ définitif de son enfant prodige, le grand Johnny, Jonny (pour les nordistes), jauni (pour les alcoolos), l’idole des jeunes (pour les vrais). Le ciel était noir, pas d’espoir d’éclaircies à l’horizon et au gris de l’ennui l’arbitre décidait tout de même, rien que pour nous de sauver notre amour, pour le foot dominical. Musique.

Qu’on me donne Béonel, Niang et puis Laffaire,
Qu’on me donne la peur, l’ennui avant les gains,
Qu’on m’enlève l’infortune, les périodes d’enfer,
Que je retrouve enfin le vrai goût des trois points.

Qu’on me donne l’espoir dès le premier but à Baylet,
Qu’on me donne la peur après le but encaissé.
Pour que j’aime la victoire qu’on me donne Delbos,
Et qu’on m’enferme dans les 8 pour espérer le cosmos.

On m’a trop donnée bien avant Bunny,
J’ai oublié les buts, les passes et les tirs,
La première place et toutes ces conneries,
Qui font l’envie de vivre et le désir,
Et le plaisir aussi.
Qu’on me donne Hardy !
L’envie d’avoir Hardy !
Qu’on ressuscite mon Papy !

Qu’on me donne la malchance pour nous foutre la trouille,
Vincent Laffaire aussi pour nous sentir vivants.
Pour que j’aime les corners qu’Alpha fasses des coups de boule,
Et souffrir toutes nos mères pour pouvoir les battre rapidement.

Pour tenir à mon slip, il faut marquer un but jolie,
Qu’on me donne Magatte pour que j’aime cette folie.
Qu’on me donne cette folie pour que j’aime Touré.
Pour que j’apprécie la victoire lui remettre en retrait.

On m’a trop donnée bien avant Bunny
J’ai oublié les buts, les passes et les tirs,
La première place et toutes ces conneries,
Qui font l’envie de vivre et le désir
Et le plaisir aussi
Qu’on me donne Hardy !
L’envie d’avoir Hardy !
Qu’on ressuscite mon Papy !